Just Us

Just Us

 Just Us, c’est l’histoire d’une bande, d’une meute composée de bras  cassés et de gueules d’amour.
C’est l’histoire dansée, mise en mots et en corps, performée, d’une histoire collective de survie, nourrie de trajectoires personnelles.
Des corps et des vies minorisées et malmenées qui se regroupent pour crier, s’aimer, danser….

 

 

 

Note d’intention                                                    

Il s’agit ici de poésie sous toutes ses formes. Il s’agit de ponts, de rebonds et de fulgurances. Les textes engagés parlent de corps, de parcours de vie, de résilience, de (dé)construction de genre, de colères, d’amours et de beautés.
Nos colères, nos problématiques de (sur)vie en tant qu’individu.e.s et artistes sont multiples et résonnantes entre elles. J’ai voulu multiplier leurs voix dans cette pièce protéiforme.
Le spectacle sera une performance slamée, dansée, jouée par 6 artistes/interprètes.
Il y aura donc sur le plateau, une voix qui clame, deux danseuses, un pôle danseur, un performeur et une créatrice sonore.
Cette bande ne sort pas de nulle part, cette bande, ce sont des ami.es., des rencontres artistiques fortes, des rencontres militantes, voire un ami d’enfance.

ÉQUIPE:
Autrice et comédienne : Sandra Calderan
Metteuse en scène : Ines Tahar
Danseur·se·s et performeur·se·s : Diane Fardoun, Mulunesh, Medhi Abid, Dal Chibane
Créatrice sonore : Elisa Monteil
Régisseur lumière : Guilhem Cléry
Chargée de Production et diffusion : Malaury Goutoule

Coproductions
Les Bazis, Sainte-croix-volvestre / Théâtre de l’Arsenic, Gindou / CIAM – SUAPS (UT2J), Toulouse / Scène nationale d’Orléans.
Soutiens et accompagnements
Mix’Art Myrys, Toulouse / Le point Ephémère, Paris / Cave Coopérative – Baro d’evel, Lavelanet-de-Comminges / Antre Peaux, Bourges / Pronomade(s) Centre national des arts de la rue et de l’espace public, Encausse les Termes.
 

Création soutenue par la DRAC Occitanie.

 

Un avant-goût :

 
Vidéo Valise
Extraits VidéosGalerie PhotosDossier de création

Pour les textes de Sandra Calderan, c’est ici

Les commentaires sont clos.